Romans

Les enfants de Gorre

Wilfrid, fils aîné du seigneur forestier de Gorre, revient dans son château natal après des années à parfaire sa formation de chevalier. Il y retrouve ses frères, ses sœurs et un père mourant. Wilfrid va ainsi devoir prouver sa valeur et montrer qu’il est digne de gouverner les terres de son père.
Mais, une nouvelle ère approche et la fin du règne d’Uther Pendragon risque de plonger le royaume dans la tourmente…

Poursuivre la lecture de « Les enfants de Gorre »

Romans

Brume – Stephen King

Brume King.jpgQuand une tempête éclate, la réalité se fissure ! Avant-goût d’apocalypse… De la brume surgit une horreur blême, créature monstrueuse aux pieds cornés qui attaque un supermarché… Défi de la nature déchaînée ou fantaisie inquiétante de l’imagination ? Glacé de peur, David croit rêver. Et à tout prendre, il vaudrait mieux que sa stéréo mentale soit déréglée…

Mais il est des voix pour murmurer le nom de Shaymore et du projet Pointe-de-Flèche… Et s’ils avaient ouvert un trou donnant directement dans une autre dimension ? Ils ? Les ennemis. Ne sont-ils pas partout ? A nos trousses. Ombres diligentes, messagers anonymes, prêts à nous faire la peau… Fadaises ? Délire paranoïaque parfait ? Chacune de ces nouvelles révèle l’envers hallucinant d’un décor qui nous est familier

Poursuivre la lecture de « Brume – Stephen King »

Romans

Des mensonges dans nos têtes

Des mensonges dans nos tetes.jpgLes filles sont faites pour se marier… Les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger… Une fille ne doit pas embrasser une autre fille… Linda ne doit pas aimer Sarah.
Rien que des mensonges ?

1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles, Linda et Sarah, qui croient qu’elles se détestent, parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du même côté. Mais c’est aussi l’histoire de l’année où tout va changer, parce que les mensonges des autres vont voler en éclats, et que les vies, les cœurs de Sarah et Linda vont s’en trouver bouleversés pour toujours..

Poursuivre la lecture de « Des mensonges dans nos têtes »

Romans

La horde du Contrevent

La horde du contrevent.jpg

« Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu’un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s’y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d’eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu’en Extrême-Aval ait été formé un bloc d’élite d’une vingtaine d’enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueule, leur vie durant, le vent jusqu’à sa source, à ce jour jamais atteinte : l’Extrême-Amont. Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m’appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l’éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l’azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l’ultime. »

Poursuivre la lecture de « La horde du Contrevent »

Romans

Miroir, miroir

Miroir, miroir.jpg

La Méchante Reine n’a pas toujours été mauvaise…

Il était une fois une jeune femme qui ignorait qu’elle était belle. Si belle qu’un roi en tomba éperdument amoureux. Il l’épousa et l’emmena vivre dans son château, avec sa fille. Entourée par l’amour du roi et de cette petite fille qu’elle aimait comme sa propre enfant, la nouvelle reine s’épanouit.

Malheureusement, la guerre éclata et le roi y laissa la vie. Le coeur de la reine se brisa, se flétrit. Elle se retrouva seule à la merci d’un miroir maudit qui chaque jour lui rappelait sa triste enfance, malmenée par un père détestable.  Chaque jour qui passait l’éloignait un peu plus de Blanche-Neige – jusqu’au matin où Blanche-Neige devint la plus belle de toutes, et où la reine réclama son coeur…

Voici l’histoire de celle qui voulait être la plus belle. 

Poursuivre la lecture de « Miroir, miroir »