Manga

Les carnets de l’apothicaire

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse. Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution ! En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !


Parmi les nouveautés récentes de chez Ki-oon, il y avait La guerre des mondes, My Broken Mariko et Les carnets de l’Apothicaire, qui me tentaient beaucoup. Si j’étais quasi sur de moi sur les deux premiers titres, je n’étais pas certain d’accrocher au dernier. Et effectivement, j’ai adoré La guerre des mondes et My Broken Mariko (n’hésitez pas à lire mes chroniques dessus ^^) mais je me suis ennuyé ferme dans Les carnets de l’apothicaire.

L’histoire pourrait être intéressante, si toutefois elle était développée plus rapidement. Autant le titre démarrait bien avec un bon premier chapitre et un excellent deuxième, mais beaucoup moins à partir du troisième. Je pensais qu’on allait assister à des jeux de pouvoirs, à des manipulations, à des assassinats et autres empoisonnements, mais au final, ce n’est pas vraiment le cas.

Je pensais que Mao Mao allait avoir une vie difficile, mais non, tout le monde la prend sous son aile et se montre bienveillant envers elle, comme par exemple une favorite, qui va s’arranger pour que l’argent qu’elle gagne n’aille plus à ses ravisseurs. Le seul personnage un minimum intriguant est Jinshi, dont on ignore vraiment ce qu’il pense, et quels sont ses buts à long terme. C’est d’ailleurs lui qui m’a fait rester jusqu’à la fin, mais force est de constater qu’il fait beaucoup de mystères mais sans grand impact.

De plus, le fait qu’il n’y ai aucun contexte historique m’a grandement dérangé. On est dans une sorte de Chine médiévale, mais ce n’est jamais dit, donc l’époque reste floue, ce qui est assez dommage. Habitué aux titres historiques chez Ki-oon, tels que Issak et Reine d’Egypte, j’espérais retrouver l’excellente qualité de ces deux titres, mais ici on est plutôt dans un récit tranche-de-vie, dans lequel chaque chapitre est l’occasion pour Mao Mao de faire une recette ou un remède comme le chapitre 3 où elle fait des chocolats. C’est trop didactique à mon gout, on a deux ou trois pages dans lesquelles ont la voit préparer le tout. Personnellement, ça ne me passionne pas plus que ça, car ce n’est pas ce que je recherchais dans cette lecture.

Attention, je ne dis pas que c’est un mauvais manga, bien au contraire, il est plutôt bon dans son genre. Mais il faut aimer ce genre-là. Moi, ce n’est pas mon point fort, et de fait je m’y suis ennuyé. La narration est très bonne et le graphisme juste magnifique. Que ce soit sur les décors, les tenues (les robes et coiffures sont sublimes) ou même le chara-design, on en prends plein les yeux. Mais pour moi, il m’a manqué un peu d’histoire, je n’ai pas été accroché, au point de vouloir connaitre la suite. Je surveillerais quand même son évolution, pour voir si le coté tranche-de-vie se lisse un peu, on ne sait jamais, mais je n’ai pas l’impression que ce soit l’optique du manga. Je pense que chaque chapitre aura sa petite intrigue et que Mao Mao la résoudra avec tout son savoir-faire d’apothicaire. Intéressant si vous aimez ce genre-là, mais pas suffisant pour moi.

Note : 3 sur 5.

11 réflexions au sujet de « Les carnets de l’apothicaire »

  1. J’aurais aimé que tu passes un aussi bon moment que moi, mais je comprends très bien pourquoi tu n’as pas trop aimé. Tes attentes étaient autres face au titre.
    Pour ma part, il m’a fait penser à un shojo du même genre que j’avais beaucoup aimé où il y avait le même genre d’univers et de contexte historique flou, donc je savais où j’allais et ça ne m’a pas gêné.
    Si effectivement tu t’attendais à quelque chose comme Isaac, oui on en est très loin ^^!

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore les titres « historiques » du catalogue Ki-Oon, genre Isabella Bird ou Brides Storie, du coup celui-ci me tentait beaucoup, mais je vois passer des avis mitigés qui m’inquiète un peu :S Je pense voir si je le trouve en médiathèque …

    Aimé par 1 personne

  3. C’est marrent, on ma justement vendu aujourd’hui le titre comme étant un titre à ne pas manquer.
    Mais comme tu le décrit ça ressemble plus à un manga tranche de vie assez classique qui à la particularité de ce passé dans la Chine médiévale.
    Le fait qu’il n’y est pas l’air d’avoir de contexte historique me dérange aussi un peut. Faire une histoire dans le passé est justement l’occasion de faire découvrir des traditions et culture d’un autre genre

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s