Manga

Switch me on – Tomes 1 et 2

Koyori est de nouveau célibataire ! Larguée par son copain qui la trompait avec une autre, elle cherche à noyer son désarroi dans l’alcool. Le lendemain, au réveille, elle réalise qu’elle a couché avec Hijiri, son ami d’enfance. C’est avec ce timing improbable que ce dernier, profitant de l’occasion, lui avoue qu’il l’aime depuis longtemps. Et s’il était temps, pour eux, de se mettre en couple ?


Hello tout le monde vous allez bien ? Pas trop froid ? Chez nous, le chauffage turbine à fond depuis le début du mois, vivement le printemps ^^ Bref, je ne suis pas là pour parler météo mais manga, avec les deux premiers tomes de « Switch me on » que j’ai lu récemment.

J’aime beaucoup cette romance entre deux personnages adultes, deux amis d’enfance qui se connaissent depuis toujours, et qui par une nuit de beuverie vont coucher ensemble. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais c’était sans compter sur les sentiments de chacun, et notamment de Hijiri, qui lui avoue l’avoir toujours aimée !!

Déjà que la pauvre Koyori s’est faite larguée la veille et qu’elle vient de coucher avec son meilleur ami, voici que ce dernier veut s’engager dans une relation sérieuse ! Cela va remettre en cause pas mal de choses pour Koyori, qui semblait avoir jusque-là une vie parfaite. D’une part elle va devoir reconsidérer Hijiri, car elle se rend compte qu’elle l’a toujours vu comme son meilleur ami, sans jamais penser à plus. À coté de ça, elle va devoir gérer son ex (et ses minables excuses) puisque tous deux travaillent dans la même entreprise !

Dès le premier tome, la mangaka parvient à nous présenter les personnages, leur univers, à nous montrer les enjeux, les défis, et tout cela avec un ton résolument adulte. Nous sommes ici dans un Josei, ce qui permet d’avoir des personnages adultes, dans la vie active, et qui couchent ensemble. On a d’ailleurs quelques scènes, qui sont plutôt bien dessinées, très soft car très douces et pas trop envahissantes. le titre me fait un peu penser à « Let’s get Married » que j’avais également beaucoup aimé.

Dans le deuxième tome, on a la traditionnelle association des ex. C’est un peu une récurrente dans les manga de romance. Sur ce point c’est donc déjà-vu, et l’on se rend compte que ce n’est pas parce que c’est édité chez Akata, qu’il faut s’attendre à plus (contrairement à ce qu’ils veulent souvent nous faire croire avec leur 4ème de couverture). On suit un schéma déjà -vu mille fois, mais qui pourtant fonctionne toujours bien. Le sérieux du titre est à mettre en avant, et entre nous, j’aime bien avoir des adultes plutôt que des ados. Cela me rappelle les œuvres de Ai Yazawa par exemple, « Nana » en tête, même si ici, il y a quand même moins de mystères.

« Switch me on » est donc un titre très sympathique, que je prends plaisir à lire, même si je sais qu’il ne va pas révolutionner le genre. De plus l’édition d’Akata est comme toujours très quali, et c’est l’une des rare maison d’édition à proposer des prix encore corrects. Autant j’ai du mal avec certains choix éditoriaux sur pas mal de leurs titres, autant le rapport qualité-prix, est impeccable.

Note : 3.5 sur 5.

Et vous ? Avez-vous essayé ce titre ? Qu’en pensez-vous ? Il vous plait ? Il vous tente ? Ou vous cherchez plutôt quelque chose de moins classique ?

12 réflexions au sujet de « Switch me on – Tomes 1 et 2 »

  1. C’est justement le ton adulte qui m’a plus sur ce titre, surtout dans le premier tome. Je trouvais même un côté assez réaliste dans ces homme et femme enfants malgré leur âge. J’ai moins aimé le tome 2, une impression que l’autrice rallonge la sauce, notamment avec les ex ce qui n’est pas toujours très subtile…

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou ^^ J’ai commencé ce manga via la prépublication par Akata, au chapitre. Donc je ne sais pas trop ce que ça donne en tome relié – mais je compte bien prendre les tomes maintenant.

    J’avais beaucoup aimé, notamment parce qu’il s’agit d’un manga sensuel qui pose la question du consentement et qui la respecte. Souvent dans les titres matures on a des héroïnes à qui on force la relation, alors qu’ici ce n’est pas le cas.

    Les deux héros sont super mignons et l’héroïne qui découvre l’implication de sortir avec son pote intéressante. Quelle est la frontière entre romance et amitié ?

    C’est sûr que le côté des rivaux ajoutés là pour créer un peu de tension fait cliché et m’agace un peu. Mais j’ai bien envie de savoir si ça deviendra un running gag ou si c’est plus sérieux que ça.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s