Romans

Brume – Stephen King

Brume King.jpgQuand une tempête éclate, la réalité se fissure ! Avant-goût d’apocalypse… De la brume surgit une horreur blême, créature monstrueuse aux pieds cornés qui attaque un supermarché… Défi de la nature déchaînée ou fantaisie inquiétante de l’imagination ? Glacé de peur, David croit rêver. Et à tout prendre, il vaudrait mieux que sa stéréo mentale soit déréglée…

Mais il est des voix pour murmurer le nom de Shaymore et du projet Pointe-de-Flèche… Et s’ils avaient ouvert un trou donnant directement dans une autre dimension ? Ils ? Les ennemis. Ne sont-ils pas partout ? A nos trousses. Ombres diligentes, messagers anonymes, prêts à nous faire la peau… Fadaises ? Délire paranoïaque parfait ? Chacune de ces nouvelles révèle l’envers hallucinant d’un décor qui nous est familier


Brume est un recueil de nouvelles, assez épais, un peu plus de 850 pages. La nouvelle qui a donnée le titre au recueil est la plus importante et à mes yeux la plus intéressante. Nombreux ont sans doute déjà vu le film The Mist qui est la fidèle adaptation de cette nouvelle donc.

J’ai d’ailleurs vu le film avant de lire cette nouvelle, et c’est tellement fidèle que cela m’as un peu cassé ma lecture. Car hormis quelques petits détails, l’histoire est en tout point identique. La seule chose majeure qui diffère est la fin. Celle du film est géniale, on retrouve la patte de Franck Darabont (qui porte Walking dead à l’écran). Mais la force de Brume réside dans la fin du livre également. Deux fins totalement différentes et toutes aussi géniales.

Donc malgré mon visionnage du film, j’ai beaucoup apprécié cette lecture, qui, ne serait-ce que pour la fin mérite d’être lue. Par contre, la nouvelle ne remplie que 220 pages. Et c’est malheureux à dire, mais sur les 800 que comporte le recueil, c’est la seule qui est vraiment très intéressante. Il y a de très bonnes nouvelles, je ne dis pas, mais je trouve que passer après celle de Brume, cela est difficile tant la qualité de celle-ci est incroyable. En fait, j’aurais même préféré que Stephen King sorte Brume en un roman de 220 pages. Mais bon, c’est du détail et on ne va pas chipoter pour si peu.

Si vous aimez les mystères, les ambiances oppressantes, et tout ce qui caractérise Stephen King, ne passez pas à coté de Brume, ni à coté de The Mist. Les deux valent vraiment le détour *-*

6 réflexions au sujet de « Brume – Stephen King »

  1. Je ne savais plus que The Myst était tiré de Brume ! Mais j’ai adoré le film avec le dénouement terrible… A quelques minutes près, le héros aurait pu sauver son fils et les survivants… ❤ C'est une fin horrible mais qui marque. Sans elle, l'oeuvre ne serait pas aussi bonne.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s