Manga

Avec toi

Avec toi .jpg

Résumé

Quand Wataru, alors âgé de cinq ans, décide de recueillir un chat errant, il se doute bien que son terrible père refusera de le garder au sein de son foyer. Pourtant, devant la détresse et la solitude de son fils, mais aussi la détermination du chaton, ce salarié d’ordinaire impassible finit par céder… Au fil des années, Shirô, chat de gouttière sauvé in-extremis, deviendra un membre incontournable de cette famille japonaise comme les autres.


Mon avis

Voici un nouveau One-shot qui sort aujourd’hui-même aux éditions Akata, dans la collection One Shot Shojo. On retrouve ici la mangaka Keiko Nishi que l’on avait déjà vu dans Voyage au bout de l’été, que personnellement je n’ai pas lu.

Alors, je vais le dire tout de suite, ce manga ne parle pas vraiment de chat. Contrairement à ce que la couverture et le résumé laissent paraitre, le chat n’est pas l’élément principal de ce titre. Nous allons suivre une famille, sur plus de quinze ans (17 pour être précis), et ce depuis l’arrivé du chat.

Ce récit est un tranche de vie dont les années passent à toute vitesse. Entre chaque chapitres, il se passe trois ou quatre ans, et on retrouve notre famille à des étapes différentes. Il y a Wataru, le personnage principal, qui est alors le plus petit de la famille. Puis Mami, sa sœur, un peu plus grande que lui, et bien évidemment, leurs deux parents. À cela, on rajoutera Shiro, le chat qu’ils vont recueillir dans le tout premier chapitre.

Le chat n’est qu’un prétexte pour pénétrer dans le quotidien de cette famille. Mis à part dans le premier et le dernier chapitre, il n’aura aucune incidence sur la vie des uns et des autres. On suivra surtout les enfants, et surtout le père de famille, que j’ai baptisé « Mr Nombriliste ». Désolé mais j’ai rarement vu un personnage à ce point égoïste.

Je vous résume ses actions, brièvement. Il ne veut pas du chat et va l’abandonner en pleine nuit en l’enfermant dans un boite alors que son fils dort. Par chance, le chat reviendra, mais dans quel état… Pire, ce père de famille n’est jamais aimable avec qui que ce soit. Il traite ses enfants comme des moins que rien (surtout son fils qu’il traite de raté et d’incapable tout au long de sa vie), et que dire du traitement qu’il réserve à sa femme ? Adultère, double vie, tout y passe. Je n’ai à aucun moment réussi à m’attacher à ce personnage. Tout comme je n’ai pas réussi à m’attacher à la mère de famille qui s’est mariée par confort, histoire de ne pas être seule. Ce n’est pas le tableau idéal que je me fait d’une famille.

Alors attention, j’ai l’air de ne pas aimer, mais ce sont les personnages des parents que je n’ai pas appréciés. Le manga est très qualitatif. Après tout, des maris et des parents indignes, ça existe, malheureusement. D’ailleurs, je trouve que c’est là tout le talent de la mangaka, puisqu’elle nous dresse le portrait d’une famille japonaise comme il existe hélas beaucoup. Un père de famille qui s’endette sur 35 ans, qui se saigne au boulot, qui ne comprends pas ses enfants, marié avec une femme par confort, parce que c’est comme ça, il faut bien se marier un jour ou l’autre. On est dans une critique nippone qui même si elle est déplaisante, est totalement réaliste.

Par contre, j’ai trouvé tout ça un peu gentillet. En général, j’aime ce genre d’histoire, mais écrite pas des mangaka ayant des plumes plus tranchantes, comme Jiro Taniguchi Minoru Furuya ou Inio Asano. Là, on reste quand même dans du shojo, et au final, tout le monde est beau et tout le monde est gentil, et ce qui compte le plus c’est la famille. Je trouve qu’il y a des limites, surtout quand on voit toutes les actions de « Mr Nombriliste ». Il fait trop de dégâts autour de lui pour s’en tirer à si bon compte.

Mon seul regret vient du chat qui est pour moi trop mis en avant dans le résumé, alors qu’au final, ce n’est pas vraiment lui l’important. Après tout, la vie de cette famille aurait été la même si le chat n’avait pas été là. J’aurais aimé que le fait de recueillir un animal ai plus d’impact sur leur quotidien, et pas uniquement sur son adoption et sur ses derniers moments. Personnellement, j’étais prévenu que le titre n’allait pas être comme « Chi, une vie de chat », mais je mets à la place des lecteurs et lectrices, qui vont prendre ce titre juste parce qu’il y a un mignon petit chat dessus, ils risqueraient d’être surpris ^^

« Avec toi » est donc un très bon shojo, bien écrit, avec des personnages variés, qu’on aimera et d’autres qu’on détestera. C’est vraiment un titre de qualité et j’ai pris beaucoup de plaisir lors de ma lecture (même si j’avais envie d’étrangler « Mr Nombriliste » à chaque chapitre ^^). Si vous cherchez un shojo, tranche de vie, et qui plus est en one-shot, alors, foncez, il vaut vraiment le détour !

Emoji super

Editeur : Akata
Genre :
Shojo
Nombre de pages :
192
Prix :
6,99€
Nombre de tomes :
One-shot

 

Xander

6 réflexions au sujet de « Avec toi »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s