BD·Comics

Les crocodiles sont toujours là

Les crocodiles sont toujours la
Résumé

Le Projet Crocodiles naît sur Internet en même temps que le site Paye Ta Shnek et bien avant le mouvement #metoo. Des témoignages de femmes victimes de harcèlement de rue et de sexisme y sont transposés en bande dessinée avec une originalité : les hommes sont représentés sous la forme de crocodiles. Juliette Boutant rejoint Thomas Mathieu et, ensemble, ils rendent compte d’actes sexistes qui se déroulent aussi ailleurs que dans la rue : les violences gynécologiques et obstétricales, le sexisme dans les rapports avec la police, en milieu professionnel, dans la sexualité, la vie publique ou encore l’éducation.


Mon avis

Après « Les Crocodiles », Thomas Mathieu revient avec ce deuxième album : « Les Crocodiles sont toujours là ». Il est cette fois-ci accompagné de Juliette Boutant qui s’associe à ce grand projet pour nous faire prendre conscience du sexisme ordinaire (ou plus grave) qui gangrène notre société. Un avant-propos de très bonne qualité est rédigé à l’attention des lecteurs et lectrices pour expliquer la démarche derrière cette bande dessinée et nous permettre de mieux l’apprécier.

Cet album se découpe en cinq parties distinctes qui rassemblent des témoignages semblables et pourtant tous différents. La première partie est dédiée à l’espace public dans lesquels être une femme se révèle bien souvent être un handicap. La deuxième nous parle de la police et de ses méthodes parfois… discutables. C’est ensuite la sphère professionnelle qui est passée au crible. Puis, c’est l’intimité, les gens qui nous sont proches, qui prennent place dans cette avant dernière partie. Le cinquième et dernier thème de cette bande dessinée est sans doute la plus méconnue et la plus dérangeante des facette du sexisme que les femmes ont à subir : les violences gynécologiques et obstétricales.

Ce roman graphique est une œuvre qui permettra à beaucoup d’ouvrir leur regard sur les réalité du monde dans lequel nous vivons. Il n’est pas réservé à un lectorat féminin, bien au contraire, et saura également intéresser l’autre sexe, et parfois, lui faire prendre conscience de sa position favorisée dans la société qui est la notre.

Même si les thématiques abordées sont souvent dures et douloureuses, le propos est admirablement mis en image pour ne pas en devenir trop choquant. La représentation anthropomorphique des hommes permet de rendre la lecture supportable, même dans les histoires les plus odieuses.

Je recommande vraiment cette lecture au plus grand nombre. Elle vous permettra de découvrir et de comprendre un peu mieux certaines facettes du sexisme qui empoisonne la vie des femmes tout au long de leur vie. Vous ne vous promènerez plus jamais dans la rue ou ne prendrez plus jamais les transports en communs de la même façon qu’avant après cette lecture.

Emoji bien

Editeur : Casterman
Nombre de pages : 184
Prix papier : 19,50€
Nombre de tome : One-shot

Opale

9 réflexions au sujet de « Les crocodiles sont toujours là »

  1. C’est marrant tiens ! J’ai emprunté le premier tome dimanche à la médiathèque et je l’ai lu dans la foulée ! Maintenant je vais tenter de trouver le second car je ne connaissais pas son existence. 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s