Manga

Baltzar – la guerre dans le sang Tomes 1 et 2

Résumé

Le 19e siècle : l’ère des impérialistes.
Le commandant Baltzar est envoyé par l’Empire dans une école militaire du Baselland, un pays allié. Sa mission est de mener la réforme du système militaire de ce pays afin de combler leur retard flagrant. Mais il se retrouve un peu perdu face à des instructeurs et des élèves qui se sont depuis longtemps habitué à la paix. Dans cette période de transition entre la paix et la guerre, ils vont devoir affronter leur destin.


Mon avis

En ce moment, les éditions Meian nous proposent beaucoup de titres divers et variés, avec des univers toujours aussi intéressants ! Si jusque-là, nous avions les Box de The Swordsman, Arès, ou encore The Breaker, puis l’abonnement Kingdom. Depuis Egregor, ils se ont lancés dans des titres qui sortent tomes par tomes ! Et cet été sont donc sortis trois manga : Les sept ninjas d’Efu, Jormungand et Baltzar – la guerre dans le sang dont je vais vous parler aujourd’hui.

Nous voici au XIXe siècle, dans le royaume de Weißen, une Europe revisitée. Les guerres font rages depuis un moment, et nous y suivons Baltzar qui ne va pas être renvoyé au front, mais qui devra aller assurer la formation de futures recrues dans le pays allié : Baselland. Ce dernier très éloigné géographiquement des fronts de guerre à pris un retard militaire considérable et il est plus que temps de remonter le niveau.

Le pauvre Baltzar va arriver dans un pays qui semble assez déconnecté de la réalité, qui vit en vase clos et qui pense que jamais les guerres ne l’attendront. Ses méthodes de guerre sont archaïques, tout comme les armes qu’il possède et Baltzar aura fort à faire s’il veut faire évoluer un pays qui n’a pas le sens des priorités. De plus, sur sa route, il va se heurter à plusieurs personnes de haut rang, qui voient son arrivée d’un très mauvais œil, car ce dernier pourrait perturber leurs petites affaires.

Au cours de ces deux premiers tomes, le mangaka prend le temps de poser ses personnages et de présenter la guerre, non pas avec des actes héroïques, mais plutôt comme un fait établi et pour lequel il faut se préparer. Ici, il n’y a donc personne qui est prêt à mourir pour son pays et qui veut aller au front. À la place on suit des gens normaux, qui ne savent pas vraiment dans quoi ils s’engagent et qui vont découvrir la dure réalité de la chose grâce à l’instructeur Baltzar.

Le mangaka n’attends d’ailleurs pas trop longtemps pour montrer la cruauté des hommes, avec un entrainement assez particulier en fin de premier tome, dans lequel Baltzar et cinq prisonniers, devront affronter cinquante autres prisonniers. L’intérêt ? Mettre en opposition les anciennes et nouvelles méthodes de combats et les nouveaux fusils que Baltzar souhaite acheter, face aux anciens fusils, qui datent de plusieurs décennies. C’est un peu comme si on avait une troupe Napoléonienne, qui avance debout, en rang, avec des tenues voyantes, avec une arme peu précise et longue à recharger, face à une petite troupe de six personnes, équipé de fusils semi-automatiques, avec une meilleure précision, une plus grande portée, et surtout, une utilisation stratégique du terrain comme ramper au sol et se dissimuler derrière des rochers.

Les résultat est glaçant, puisque l’on se rend vite compte qu’en quelques décennies, les avancées tactiques et technologiques ont fait de fulgurants progrès et que les méthodes de Baltzar sont évidemment très efficaces.

Dans le deuxième tome, les manigances prennent de plus en plus d’ampleur et cela va mettre en avant le talent du mangaka qui ne va cesser d’étoffer son concept et de mettre en opposition les relations entre le Basellan et le royaume de Weißen.

Graphiquement c’est vraiment très beau également. Chaque décor est fouillé, nous n’avons aucune case en fond blanc, le détail des armes, des tenues, des tactiques tout est présent, et surtout à aucun moment cela n’est brouillon. On comprend tout, que ce soit scénaristiquement ou visuellement, le récit est limpide et captivant.

Si vous n’avez pas encore essayé ce titre, vous l’aurez compris, je vous encourage à le faire vivement, car l’on tient ici un manga passionnant !

Emoji super

Editeur : Meian
Genre : Seinen
Nombre de pages : 196
Prix : 6,95€
Nombres de tomes : 2/12 (En cours)

Xander

15 réflexions au sujet de « Baltzar – la guerre dans le sang Tomes 1 et 2 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s