Romans

L’Outsider

outsider

Résumé

Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses d’ADN ne laissent aucun doute. Dossier classé. À un détail près : Terry Maitland a un alibi en béton. Et des preuves tout aussi irréfutables que les preuves qui l’accusent. Qui se cache derrière ce citoyen au-dessus de tout soupçon ?


Mon avis

En grande fan de Stephen King, après « Sleeping beauties » et « Gwendy et la boîte à boutons », me voilà prête à vous donner mon avis sur le dernier bébé de ce grand maitre du fantastique. Je me suis précipitée sur ce roman dès sa sortie et en est entamé sa lecture immédiatement. Le délai qu’il m’a fallu pour en voir le bout est un signal un peu alarmant. Du coup, je vais vous présenter les failles de cette œuvres qui est vraiment loin d’être la meilleur de cet auteur.

Tout d’abord, laissez moi aborder le point le plus important de cette chronique. « L’Outsider » doit impérativement être lu après la trilogie Bill Hodges ! En effet, on retrouve ici l’un des personnages principaux de ces trois romans, Holly Gibney. Après l’avoir découverte dans « Mr Mercedes » et l’avoir ensuite suivie dans ses nouvelles aventures dans « Carnets noirs » et « Fin de ronde », vous retrouverez ce personnage au caractère étrange au cœur de l’intrigue ce nouveau roman de King.

Malheureusement, rien n’est indiqué sur la jaquette ou la quatrième de couverture de « L’Outsider » pour nous prévenir de ce léger détail. Du coup, on peut se retrouver à suivre un personnage inconnu qui nous parle d’intrigues dont nous ignorons tout et qui (comble de l’horreur) nous spoile en un clin d’œil toute la trilogie Bill Hodges. Voilà donc un très mauvais point pour ce livre qui aurait mérité une mention précisant cette filiation entre « L’Outsider » et cette précédente saga.

De mon coté, j’avais déjà lu les deux premiers tomes de cette trilogie et il ne me restait que le dernier à dévorer. Pour mon plus grand malheur, j’ai eu envie de me lancer dans « L’Outsider » avant de lire « Fin de ronde ». Très mauvaise idée. Imaginez ma déception quand je me suis rendue compte que je venait de faire spoiler tout le bouquin !!!

Niveau intrigue, « L’Outsider » démarre à la perfection. On entre dans l’histoire en un clin d’œil et on se retrouve accroché immédiatement. L’ambiance glauque et mystérieuse typique des œuvres de King est au rendez-vous et on dévore la première moitié de ce roman plus vite que l’éclair. Un vrai délice.

Mais ensuite tout déraille. C’est à environ 50% de l’histoire que Holly Gibney apparait. Elle est ajoutée à notre histoire de façon artificielle, comme si au départ il n’était pas vraiment prévu qu’elle fasse parti du récit. Une fois son entrée effectuée tambours battants, elle s’impose comme le personnage principal de notre histoire, mettant au rebut les autres protagonistes auxquels nous nous étions attachés.

Elle débarque sans qu’un lecteur n’ayant pas lu la trilogie Bill Hodges ne la connaisse, nous parle de personnes et de faits dont nous ignorons tout (et que nous aurions préféré ignorer pour éviter les spoils !) et se met à prendre toute la place dans l’intrigue de « L’Outsider ». Elle comprend tout plus vite que tout le monde, elle découvre tout en un quart de tour, et semble posséder la science infuse (ou une boule de cristal très efficace). Ce personnage que j’avais beaucoup apprécié dans « Mr Mercedes » ne m’a ici pas du tout convaincue.

Cette seconde moitié de roman dénote totalement avec le début de l’intrigue et se trouve être vraiment décevante. Le style de l’auteur est toujours aussi bon et on lit tout de même cette partie du roman avec intérêt. Mais tout semble trop facile et la conclusion de l’histoire n’est vraiment pas à la hauteur de ce à quoi King nous a toujours habitué. Je ne vous parle même pas de son « Outsider » si semblable à un autre de ses grands méchants déjà si terriblement connu que c’en est risible. Même sa cachette finale a un gout de déjà vu…

Bref, « l’Outsider » à été pour moi une cruelle déception. J’espère vraiment que le prochain titre de Stephen King sera à nouveau empreint de la profondeur et l’originalité à laquelle ce si grand auteur nous a habitué…

Ma note : 6,5/10

Editeur : Albin Michel
Genre :
Fantastique
Nombre de pages :
576
Prix :
24,90
Prix numérique :
15,99€

Opale

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s