Manga

Blue Thermal tome 1

Blue Thermal 1

Résumé

Lorsque Tamaki s’inscrit à l’université, elle n’a qu’un objectif : trouver l’amour ! Pour cela, elle met de côté son côté garçon manqué et son passé de sportive qui faisaient fuir d’éventuels prétendants. Mais chassez le naturel, il revient au galop !
En effet, après avoir abîmé par accident un planeur, elle se retrouve dans une situation délicate : devoir rembourser les dégâts qui s’élèvent à 2 millions de yens! Inutile de préciser que la jeune fille n’a pas les moyens de payer une telle somme…
Elle rejoint alors contre son gré le club aéronautique de l’université Aonagi afin de réaliser diverses tâches pour s’acquitter de sa dette. Elle ne sait pas encore qu’elle va y trouver quelque chose de bien plus précieux.


Mon avis

Voici un nouveau manga paru il y a quelques semaines aux éditions Komikku. On y découvre la mangaka Kana Ozawa dont cela semble être le premier manga. Celui-ci fut publié entre 2015 et 2018 au Japon, et s’est terminé en cinq tomes. Les éditions Komikku ont d’ailleurs sortis les deux premiers tomes en même temps.

Ce seinen nous propose de suivre le quotidien de la jeune Tamaki Tsuru, qui vient de rentrer à l’université et qui n’a qu’une seul but dans la vie : trouver enfin l’amour. Il faut dire que la pauvre n’a pas eu trop de chance dans ses relations, car on l’a toujours trouvé trop masculine, sous prétexte qu’elle faisait beaucoup de sport, et qui plus est, était très douée dans ce domaine.

Sur ce point, le manga n’est pas mauvais du tout, car on n’a pas ici une héroine cruche qui ne sait rien faire de ses dix doigts. En tout cas, pour les matières sportives. Mais voilà, on est dans un shojo, et forcément, elle fini par commettre une bourde et se retrouve sous la coupe de deux garçons (Jun kuramochi et Daisuke Sorachi) qui s’occupent du club d’aéronautique.

La bourde qu’elle commet ? Elle endommage par accident un planeur, alors qu’elle passait des tests pour éventuellement intégrer le club de tennis. Sauf qu’une balle qu’elle va smasher va sortir du terrain et abimer un planeur, que Jun et Daisuke poussaient. On se demande vraiment ce qu’ils faisaient à deux mettre d’un court de tennis…. Mais peu importe, ce n’est pas ça la question, car ils vont obliger Tamaki à rembourser les réparations, et comme elle n’en en pas les moyens, elle va donc intégrer leur club contre son grès et faire la larbine, en nettoyant leur tenues ou en portant le matériel par exemple…

Si vous avez remarqué, j’ai dit dans ma chronique que ce titre était un seinen, et ensuite j’ai dit que c’était un shojo. C’est volontaire, je ne me suis pas trompé, car ce titre nous ai certes présenté comme un seinen, mais c’est un shojo qui se déguise en seinen. Car hélas, tous les codes shojo sont bien là. On retrouve la fille pas dégourdie (puisque, du coup elle rentre dans un club où elle ne connait rien), elle se retrouve sous la coupe de deux garçons (un gentil et un caractériel), et rappelons quand même que son but ultime est de trouver l’amour.

Alors certes, le manga a des qualités. J’ai beaucoup aimé découvrir l’univers de l’aéronautique, car la mangaka sait expliquer les choses sans que ce soit trop lourd. Les dessins sont assez fins, les cases grandes et aérées, et les phases de vol sont assez réussies, même si on a pas la même intensité que dans un titre comme Tenjin. Mais à mon gout, on est trop dans le cliché des shojo. Il ne casse pas les codes, et de fait, je n’ai pas réussi à m’investir et à m’attacher plus que cela à l’histoire et aux personnages.

Blue Thermal est un titre très doux, très beau, poétique, assez calme, tranche de vie, qui trouvera sans aucun doute son public, mais à titre personnel, je n’ai pas accroché plus que ça, je l’ai trouvé trop classique.

Ma note : 14/20

Editeur : Komikku
Genre : Seinen
Nombre de pages : 224
Prix papier : 8,50€
Nombres de tomes : 2/5 (terminé)

 

Xander

10 réflexions au sujet de « Blue Thermal tome 1 »

  1. J’ai pas tout compris. Au Japon, c’est officiellement un shojo ou un seinen ? Ce n’est pas l’éditeur fr au moins qui a essayé de le vendre pour ce qu’il n’est pas ? (vu que c’est la mode…)
    En tout cas, tu confirmes parfaitement que ce titre n’est pas pour moi, dans le genre Tenjin me suffit amplement 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Au Japon c’est un seinen. Mais vu que le truc principal utilise les codes shojo, Komikku l’ont classés en Romance, car au final c’est ce qu’il est.
      Je me suis fié à la publication japonaise, et finalement j’aurais dû écouter Komikku 😁

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s