Manga

Lady Georgie – intégrale

Résumé

Au XIXe siècle en Australie, une famille de fermiers recueille un bébé dont la mère vient de mourir accidentellement. Le prénom de cette petite fille est Georgie. Sans se douter du secret de sa naissance, elle va grandir entourée de ses frères d’adoption Abel et Arthur.


Mon avis

Lady Georgie est un shojo sorti en 1982 en cinq tomes au Japon et réédité dans une édition Deluxe en 4 volumes par Black Box Éditions entre 2016 et 2017. Le manga est scénarisé par Izawa Man et dessiné par Igarashi Yumiko. Igarashi Yumiko a aussi dessiné les shojo Candy Candy (disponible intégralement chez Kodansha France), L’épée de Paros (sortie chez Isan Manga en 2013), ainsi que Josephine Impératrice en 4 tomes chez Pika. Elle est également l’auteur des shojo Mayme Angel, Croque Pockle, Anne (chez Taifu Comics), Roméo et Juliette, Anne la maison aux pignons verts ainsi que Madame Bovary (tous disponibles chez Isan Manga).

L’histoire nous raconte la vie de Georgie. C’est une petite fille blonde qui vit en Australie avec ses deux frères et sa mère. Tout va bien dans le meilleure des mondes, jusqu’à sa rencontre avec Lowell un jeune aristocrate de Londres. Tous les deux auront le coup de foudre l’un pour l’autre, ce qui engendrera une terrible dispute entre Georgie et sa mère, qui ne l’a jamais vraiment considéré comme sa fille. Suite à cela, Georgie partira pour Londres, et ses deux frères la rejoindront bien plus tard. C’est la fin de son innocence, de sa naïveté, et sa vraie vie (bien plus dure) commencera vraiment lorsqu’elle arrivera dans la capitale anglaise.

Lady georgie img1.jpg

 

Les personnages sont nombreux, il y a bien évidemment Georgie une fille qui voit la vie toujours du bon coté, espiègle qui tombe amoureuse d’un homme d’une autre classe sociale. Elle apprendra également que ses deux frères nourrissent à son égard des sentiments plus profond qu’une relation frère/soeur. Cela cacherait-il quelque chose ?

Son frère ainé Abel qui est marin et très protecteur envers elle, parfois trop. Il peut être violent et n’hésite pas à dire ce qu’il pense, quitte à bousculer Georgie s’il le faut. Le cadet Arthur est calme et doux, il s’embarquera pour Londres après la mort de leur mère après avoir avoué son amour pour Georgie. Lowell, le noble aristocrate qui est à l’origine de la dispute entre la famille sera bien sur très présent et source de beaucoup de conflits, dans cette romance, qui n’est pas sans rappeler Roméo et Juliette. Lui et Georgie se sont aimés dès le premier regard, faisant fi de touts les codes de l’époque. Il y a bien sûr d’autres personnages qui vont graviter autour, mais je ne veux pas trop dévoiler les intrigues. Au fil des quatre tomes, Georgie en apprendra plus sur son passé et sa famille de Londres ainsi que ses sentiments vis à vis des différents hommes qu’elle rencontre.

Du coté graphique, les personnages sont très bien dessinés que ce soit au niveau des traits des visages ou des corps, ce qui donne un aspect très réaliste. Les sentiments des personnages se remarquent bien car les visages sont très expressifs, surtout pour un manga de cette époque. Les paysages sont bien détaillés, très travaillés et prennent toute la page, il n’y a aucun vide sur les planches, ce qui témoigne du grand travail de l’auteur sur chacun des cases.

L’éditeur propose une couverture avant et arrière cartonnée sans relief, en couleurs, l’encre utilisée ne laisse aucune trace, cependant le papier n’est pas très épais et sur les pages autres qu’en couleurs, on voit à travers la page de derrière ce qui est un peu dommage. La traduction faite par Pierre Sarot est très claire, sans aucune faute ni coquille.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture, au cours de l’histoire Georgie évolue beaucoup, les différents triangles amoureux sont bien conduits et j’aime beaucoup la relation Abel/Arthur avec Georgie ainsi que son évolution. La personnalité et l’histoire des personnages secondaires sont bien travaillées. Pour ne pas spoiler, je peux vous dire qu’il y a une magnifique fin qui va bien avec le reste de l’histoire. Les pages couleur sont magnifiques. Dans les points négatifs, je mettrai que certains passages sont très durs pour les jeunes, notamment la relation entre Abel (Caïn) et Sir Irwin.

Ma note : 17/20

 

Ryo

8 réflexions au sujet de « Lady Georgie – intégrale »

  1. L’un des titres qui a bercé mon enfance. J’ai acheté l’édition de Tonkam à l’époque et j’ai été emportée par l’histoire moi aussi. Je la trouve très belle mais très dure, loin de la soupe romantique qu’on nous sert souvent de nos jours en shojo. J’ai adoré les dessins old school tellement expressif et les décors dépaysant. Ça fait très Autant en emporte le vent et autres romans de ce genre. J’adore et il faudra clairement que je relise ce titre un jour. Merci pour la remontée de souvenirs ^^

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s