Comics

Le maitre voleur Tomes 1 à 5

Résumé :

Vols, intrigues, violences, confusion des sentiments… Avec Le Maître Voleur, Robert Kirkman, le créateur de Walking Dead, réinvente le genre du polar dans une nouvelle série entre Mission impossible et Ocean’s Eleven.Redmond, caché sous l’identité de Conrad Paulson, est le plus grand des voleurs. Rien n’est hors de sa portée, sauf la vie qu’il a dû abandonner. Aujourd’hui, il veut renouer avec celle qu’il n’a jamais cessé d’aimer et retrouver ce fils qu’il connaît à peine. Si possible, avant que le FBI ne mette la main sur lui…


Mon avis :

« Le maitre voleur » est un comics indépendant écrit par le grand Robert Kirkman. Cinq tomes sont déjà disponibles à la vente dans l’hexagone, la série étant toujours en cours outre atlantique. Le rythme de parution est assez lent. Vous ne pourrez donc pas profiter de plus d’un nouveau tome par an, mais votre attente sera largement récompensée.

Un nouvel univers signé Robert Kirkman

En effet, « Le maitre voleur » est un comics de très bonne qualité qui ne décevra pas son public. Ici, nous sommes bien loin de l’univers de « Walking dead » ou d’ « Invinvible », mais le plaisir de se plonger dans un scénario imaginé par Robert Kirkman reste entier.

Je vous avouerais que j’avais un peu peur d’être déçue en me lançant dans la lecture de ce titre. Je suis une grande fan de Kirkman, mais j’avais été un peu refroidie par « Brit » et « Tech Jacket ». Ces spin-off se déroulant dans l’univers d’ « Invincible » sont clairement des sous produits divertissants mais de moindre qualité que la série mère. Du coup, j’ai découvert « Le maitre voleur » avec une certaine appréhension qui a tout de suite été dissipée.

Ce comics nous réserve un univers bien plus sombre et crédible que celui du célèbre Gentleman cambrioleur. Redmond, alias Conrad Paulson, a beau être le plus grand des voleurs sa ressemblance avec Arsène Lupin s’arrête là et ce n’est pas plus mal. L’univers imaginé par Kirkman est ancré dans une réalité dure et glauque dans laquelle l’univers de la pègre américaine est très loin de ressembler à celui d’un compte de fée.

Un personnage principal avec un lourd passif

Notre antihéros va donc devoir composer entre sa vie de voleur et sa vie de famille, ou du moins ce qu’il en reste. Nous découvrons dans le premier tome un homme d’âge mur qui est divorcé et à qui son fils unique ne parle plus. Conrad voudrait bien prendre sa retraite et recoller les morceaux brisés de sa vie privée, mais les choses vont forcément mal tourner.

Les intrigues développées tout au long de ce comics sont complexes et très bien ficelées. Le scénario s’étoffe de tome en tome pour nous offrir un univers toujours plus complet et travaillé. Les scènes d’actions lors des braquages (et autres infiltrations dans des bâtiments hyper sécurisés) sont tout simplement folles. Les plans sont passionnants et nous réservent toujours de nombreuses surprises. Impossible de lire ce genre d’intrigue sans penser immédiatement au très bon film « Ocean’s Eleven ». Je ne suis pas spécialement fan des récits d’action, d’espionnage, de gangsters, ou même de braquage, mais je sais reconnaitre une bonne intrigue quand j’en ai une sous les yeux. Là c’est clairement le cas.

Le style graphique est simple et efficace. Il sert le propos à merveille et c’est justement le plus important. Shawn Martinbrough semble avoir totalement comprit l’optique que Kirkman voulait donner à son intrigue et nous permet de vivre ce comics avec beaucoup d’intensité.

Que vous soyez un grand fan de Robert Kirkman, comme moi, ou que vous n’ayez jamais touché à un seul de ces récits, que les histoires de braquages et les intrigues orientées actions soient à votre gout ou que vous préfériez les scénario profond et travaillés, que vous soyez un lecteur coutumier de comics ou que vous n’en ayez jamais ouvert un seul, je peux vous assuré que vous ne regretterez pas de vous plonger dans les aventures de Redmond. « Le maitre voleur » est un récit qui peux plaire au plus grand nombre alors testez-le et vous serez conquis !

En petite astuce pour éviter à votre porte monnaie de trop souffrir, vous pouvez retrouver les cinq tomes de ce titre en version dématérialisée sur Izneo ce qui vous permettra de réaliser une économie significative par rapport à sa version papier 😉

Ma note : 8,5/10

Cette nouvelle licence signée Kirkman vous donne-t-elle envie de vous plonger dans son monde peuplé de voleurs et de gangsters ? D’ailleurs, connaissez-vous déjà cet auteur ? N’hésitez pas à partager votre avis sur son travail et sur cette chronique dans les commentaires. Et pensez au bouton like si vous avez aimez mon article 😉

Opale

3 réflexions au sujet de « Le maitre voleur Tomes 1 à 5 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s