Manga

@Ellie tome 1

Ellie 1.jpg

Résumé :

Eriko est une lycéenne discrète que l’on ne remarque pas. Son seul plaisir est d’admirer Akira Ômi, un beau jeune homme plein de fraîcheur, et de tweeter ses fantasmes quotidiens sur Internet sous le pseudo « Ellie ». Mais, un jour, elle découvre par hasard la vraie nature d’Ômi. Et ce dernier prend connaissance des tweets embarrassants d’Ellie…!!


Ce que j’en ai pensé :

« @Ellie #je n’ai pas besoin de petit ami » est un manga dont le premier tome viens de paraitre dans l’hexagone aux éditions Kana, alors que 7 tomes sont déjà disponibles au Japon. Nous avons ici affaire à un Shojo qui sort un peu des sentier battus. En effet, les réseaux sociaux (surtout Twitter en fait) sont mis à l’honneur dans cette histoire. Momo Fuji, est une jeune mangaka visiblement très encrée dans son temps. Elle profite de tout ce que la technologie moderne a pu apporter dans le quotidien des adolescents pour mettre en scène son récit.

Une héroïne avec ses fantasmes pour refuge

Au cours de ce tome, nous suivrons la vie de Eriko, une petite lycéenne assez insignifiante. Elle n’a pas vraiment d’amis et s’imagine (à juste titre ?) être totalement transparente. Elle s’est donc créé tout un monde imaginaire qui n’appartient qu’à elle et qu’elle peut ainsi modeler à sa convenance. Son péché mignon est de pouvoir partager cet univers si personnel avec ses abonnés Twitter qui ignorent bien évidemment sa véritable identité. Mais un jour, Ômi, le garçon qui catalyse tous ses fantasmes, va découvrir son secret. Eriko va être obligée de se confronter à la réalité des choses. Elle va devoir dépouiller ce magnifique jeune homme de la personnalité idyllique qu’elle lui avait imaginé. Car la vérité est bien loin de tout ce qu’elle pouvais raconter sur son fil Twitter. Ômi n’a en définitive rien d’un prince charmant. Mais après tout… Eriko ne préfèrerait-elle finalement pas le véritable garçon qu’elle découvre à celui qu’elle s’était créé de toute pièce ?

Pour ma part, je trouve que la petite originalité de ce titre permet de le faire ressortir du lot sans pour autant en faire une oeuvre réellement originale. Il s’agit bien là d’un shojo qui exploite scrupuleusement toutes les ficelles du genre. Mais c’est ce qu’on aime tant, n’est-ce pas ? L’héroïne est attachante, tout comme son prétendant. L’ambiance de ce manga est vraiment rigolote. Et même si tous les personnages semblent un peu fous, on se prend vite au jeu de ce monde fantasmé se télescopant sans cesse avec la réalité. Le temps de lecture est assez long. Vous aurez ainsi l’impression de parfaitement maitriser l’univers développé dans « @Ellie » à la fin de ce volume. D’ailleurs, les choses y avancent plutôt vite, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Les dessins sont simples et efficaces. la découpe des cases est dynamique et moderne. Les petits encarts renfermants les tweets postés par Eriko sont très rafraîchissants (et souvent hilarants). Ils dynamises parfaitement ce charmant petit shojo par ailleurs doux et tendre à souhaits.

Ellie img3.jpg

Une Lycéenne « perverse »… ou pas ?

Il y a une petite différence culturelle qui vient très vite pointer le bout de son nez et qui nous rappelle toutes les différences qu’il peut y avoir entre le pays du soleil levant et la France. En effet, Eriko se qualifie régulièrement de « perverse ». N’allez pas donner un sens trop extrême à ce terme qui est ici vraiment galvaudé. Aucune idée trop étrange ne viens traverser l’esprit de cette jeune lycéenne qui laisse souvent libre cours à son imagination. Quand le mot « perverse » est utilisé, il qualifie ici une jeune fille qui aimerait par exemple dérober la veste de survêtement du garçon qu’elle aime pour pouvoir se blottir dedans pour en respirer le parfum; ou bien, une demoiselle qui s’imagine mettre du baume à lèvre pour ensuite pouvoir le partager avec l’élu de son coeur lors de leur prochain baiser et ainsi réparer les lèvres sèches de sa moitié. Beaucoup de petites choses fleurs bleu et absolument rien d’obscène ou de réellement « pervers ».

Bref, ce manga m’a vraiment beaucoup plu. Il est mignon, charmant, attendrissant et souvent désopilant. On s’amuse des situations présentées tout en partageant les sentiments naissants de ces adolescents un peu perdus dans la vie. Alors que tous les fans de shojo n’hésitent pas à tester cette petite nouveauté, qui est vraiment très agréable à lire 🙂

Ma note : 8/10

Un shojo de plus, ça ne se refuse pas ? Surtout quand celui-ci est connecté à son époque ! Qu’en pensez-vous ? Ce nouveau manga attise votre curiosité ? Dites nous tout, on est là pour ça, et si vous le souhaitez, vous pouvez même laisser un petit like (^-^)

 

*Article rédigé par opale*

14 réflexions au sujet de « @Ellie tome 1 »

  1. Il était déjà sur ma liste et ce que tu en dis achève de me convaincre de le prendre. J’aime bien les shojos classiques mais doux et rigolos et celui-ci a l’air de l’être. En plus, je trouve la façon dont Kana fait sa pub sur twitter assez originale, alors il faut l’acheter pour les encourager à continuer xD

    Aimé par 3 personnes

    1. En effet, c’est vraiment sympa.
      Et pour les shojo, c’est Xander qui me convainc de les lire, en général je suis plutôt seinen. C’est Xan qui me dit si tel ou tel shojo pourrait me plaire, comme ça a été le cas pour celui-ci 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s