Romans

Sleeping beauties

Sleeping Beauties

Résumé :

Un phénomène inexplicable s’empare des femmes à travers la planète : une sorte de cocon les enveloppe durant leur sommeil et si l’on tente de les réveiller, on prend le risque de les transformer en véritables furies vengeresses.

Bientôt, presque toutes les femmes sont touchées par la fièvre Aurora et le monde est livré à la violence des hommes.

À Dooling, petite ville des Appalaches, une seule femme semble immunisée contre cette maladie. Cas d’étude pour la science ou créature démoniaque, la mystérieuse Evie échappera-t-elle à la fureur des hommes dans un monde qui les prive soudainement de femmes ?


Ce que j’en ai pensé :

« Sleeping beauties » est un roman co-écrit par Stephen King et son fils Owen King. Mais que tous les fans du maitre de l’horreur se rassurent, ce roman à quatre mains n’a pas à pâlir de la comparaison avec les oeuvres que Stephen King a écrites en solo. Ecrire en famille est un exercice que ce grand auteur américain connait déjà. On peut ainsi citer « Plein Gaz », une nouvelle publiée en France en 2015 dans laquelle Mr King senior associait ses talents avec ceux d’un autre de ces fils, Joe Hill. Le livre qui nous intéresse ici est un roman de 832 pages édité chez Albin Michel. Comme toujours, avec ce genre de petite brique il faudra fortifier votre poignet avant de vous lancer dans la trépidante lecture de ce roman.

Et si toutes les femmes disparaissaient d’un seul coup ?

On retrouve dans cette oeuvre, le style habituel de Stephen King mélangé à un petit vent de fraicheur sans doute apporté par la (relative) jeunesse de son fils. L’intrigue de « Sleeping beauties » nous immerge dans le quotidien d’une petite ville de province où rien d’exceptionnel ne vient jamais briser un quotidien tout à fait ordinaire. Mais un fait majeur va se produire au niveau planétaire obligeant la ville de Dooling à sortir de sa torpeur habituelle. En effet, les femmes du monde entiers cessent de se réveiller après s’être endormies. Pire encore, un cocon se met à les entourer dès que le sommeil les emporte et malheur à ceux qui essayeraient de briser cette membrane pour en libérer leurs prisonnières.

Comme dans beaucoup de roman de Stephen King, nous allons suivre un grand nombre d’individus évoluants en parallèle dans cette ambiance angoissante où la place et le rôle des femmes finira au coeur de tous les débats. Vous ne trouverez aucune propagande féministe ou misogyne dans ce récit qui reste une fiction destinée à divertir son public. Bien sur, certaines questions sont posées. Mais on n’a jamais l’impression que les auteurs cherchent à nous faire la morale ou à approfondir réellement le débat. Ils exposent des faits et des situations propres à un petit environnement typiquement américain. J’imagine que le père et le fils King ne trouveraient rien à redire si on leur confiait que leur roman était parvenu à éveiller quelques consciences un peu trop rétrogrades, mais ce n’était clairement pas le but principal.

Une myriade de personnages tous terriblement intéressants

Ici, l’important se situe dans les aventures que vont vivre les habitants de Dooling, et principalement celles de Lila Norcross, qui est le shérif de la ville, et de son mari Clint, psychiatre au centre pénitentiaire pour femme de cette même ville. Même si le destin des femmes et de hommes seront séparés pendant une large partie du livre, on continuera à suivre de très nombreux petits groupes de personnes pour qui les péripéties ne manqueront pas. Pour tous celles et ceux qui s’inquiètent du trop grand casting de ce roman, nos deux prévoyants auteurs ont inclus un listing des personnages en fin de livre ce qui est grandement appréciable et réellement très pratique. Ceux d’entre vous qui ont lu « Dôme » se souviendront d’avoir pu profiter d’une liste identique.

Soucieuse de ne surtout pas éventer l’intrigue, je n’en dirait pas plus. Comme souvent dans les oeuvres du maitre de l’horreur on ne sait pas vraiment si on a affaire à une intrigue tout ce qu’il y a de plus terre à terre où à un récit qui versera finalement dans l’ésotérique. Je vous en laisse la surprise ! Je me permettrais juste de vous parler de la fin de ce roman sans pour autant trop en dire. Je l’ai trouvée très bonne quoi qu’un peu décevante à mon gout. J’aurais apprécié un dénouement un peu plus spectaculaire… Mais j’imagine qu’il s’agit là d’une question de gouts. Je fais de toute façon parti de ces personnes qui détestent arriver à la fin d’une intrigue. Le dénouement d’une histoire signifie qu’on ne pourra bientôt plus en lire la suite et je trouve ça extrêmement cruel, surtout dans le cas des récits qu’on a vraiment adoré comme ce fut le cas pour moi en lisant « Sleeping beauties ». Alors n’hésitez pas un seul instant vous aussi à vous plonger dans le quotidien, pas si ordinaire que ça, de la petite ville de Dooling. Vous ne serez pas déçus !

Ma note : 9/10

Et vous les ami(e)s, connaissez-vous ce roman ? Si oui, avez-vous aimé votre lecture ? Si non, est-ce que l’histoire vous tente ? Dites nous tout dans les commentaires et n’hésitez pas à mettre un petit like si l’article vous plait 😉

 

*Article rédigé par Opale*

14 réflexions au sujet de « Sleeping beauties »

  1. Je connais bien Stephen King entre 10-20 ans je ne lisais plus que lui à un moment ^__^ le nombre de pages peut rebuter un peu même si j’avoue que l’intrigue est intéressante, j’imagine que des héros père et fils vont creuser du côté de la science pour trouver un remède à ces chrysalides?!;) En tout cas merci pour ce partage<3,

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s