Manga·Romans

Avis en vrac #11

Avis en vrac

Bonjour la compagnie !

Aujourd’hui c’est le grand retour d’une rubrique que vous aimez, et que je vais essayer de publier plus régulièrement, entre une et deux fois pas mois dans l’idéal. 😉

Pour fêter ça, je vous présente trois manga et un roman, dont deux nouveautés parues au mois de janvier. Je vous souhaite une bonne lecture ! 🙂


Wonderland 1.jpgWonderland T1

Broché : 192 pages
Éditeur : Panini Manga
Genre : Seinen
Date de sortie : 10janvier 2018
Prix : 8,99€

Résumé

Yukko, une étudiante sans histoire, se réveille un matin pas plus grande quun pouce. Lorsque ses parents se font dévorer par leur chat, elle comprend avec horreur que tous les gens de son quartier ont subit le même sort, devenant ainsi la proie des animaux bien plus grands queux. Avec son chien Poko, Yukko décide de partir chercher de laide. Au cours de son périple, elle rencontre Alice, une mystérieuse guerrière qui parle une langue étrange. Ensemble, elles vont tenter de survivre dans ce monde hostile et de découvrir la raison de leur état.

Mon avis

Voilà un titre très intéressant que ce premier tome de Wonderland !

Imaginez qu’un beau matin, alors que vous venez de vous réveiller, vous vous rendiez compte que vous avez rétréci ! C’est ce qui arrive à Yukko, une adolescente qui vit encore chez ses parents et qui comme toutes une partie de la ville, ne mesure à présent que quelques centimètres. À titre de comparaison, elle est un peu plus petite qu’un smartphone.

L’idée de départ est pour le moins assez originale, et visiblement la miniaturisation semble avoir le vent en poupe en ce moment. Il existe un manga intitulé Minuscule qui est vraiment très bon, même s’il n’a rien à voir avec Wonderland. Et plus récemment, il y a le film Downsizing avec Matt Damon qui semble avoir une assez bonne presse.

Wonderland img1.png

Mais revenons à Wonderland. Yukko va devoir très vite s’adapter et essayer de comprendre ce qu’il se passe. Si dans le premier chapitre j’ai trouvé le personnage un peu naif (elle pense qu’elle se trouve dans un rêve) très vite, elle sait s’adapter et fait preuve d’ingéniosité pour survivre dans ce monde hostile.

Car tout est dangereux à présent ! Notamment les animaux et surtout les chats et les oiseaux qui chassent les humains sans aucune difficulté. Mais, comme dans tout monde plus ou moins apocalyptique, il y a aussi les autres personnes qui sont dangereuses. Yukko va rapidement en faire les frais et se rendre compte qu’elle ne peux pas se fier à grand monde. De plus, les forces de l’ordre semblent ne pas vraiment être de son coté, comme souvent dans le post-apo, l’armée a une certaine tendance à vouloir isoler les infectés pour éviter la propagation d’un éventuel virus.

Avec ce premier tome nous avons une bonne entrée en matière et je ne me suis pas du tout ennuyé. Les dessins sont vraiment clair et précis, et j’ai hâte de lire la suite. Au Japon la série est terminée en six volumes, ce qui est une bonne chose car cela veut dire que le manga ira à l’essentiel.

Ma note : 17/20


Like the Beast 1Like the beast T1 à T5

Broché : 170 pages
Éditeur : IDP Boy’s Love
Genre : Yaoi
Date de sortie : 12 juillet 2013
Prix : 64,99€

Résumé

Tomoharu Ueda, officier de police dans un petit poste local, mène une vie plutôt tranquille, jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre d’Aki Gotôda, fils du chef d’un clan yakuza, à la poursuite d’un voleur de sous-vêtements. Le lendemain matin, Aki se présente chez lui pour le remercier de son aide… et se retrouve à lui faire une déclaration d’amour ! Interloqué, Ueda lui répond qu’il vaut mieux qu’ils apprennent à se connaître, mais c’est sans compter l’obstination d’Aki, prêt à tout pour arriver à ses fins.
Policier et yakuza : l’amour pourra-t-il naître entre ces deux hommes que tout oppose ?

Mon avis

Un peu de romance et de légèreté va être bienvenu avec le yaoi Like the Beast.

L’histoire est assez sympathique à lire, nous y faisons la connaissance de Tomoharu, un policier et Aki, un fils de clan Yakuza. Les situations sont très drôles et pourtant le manga sait être touchant quand il le faut. Il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’épique mais nous avons ici un très bon titre tranche de vie, et l’on suit notre couple improbable à travers leur vie de tous les jours.

On va également voir comment leur entourage perçoit leur relation, et croyez-moi, pour le pauvre Aki, ce n’est pas simple de ramener un policier au sein d’une famille Yakuza.

Like the beast img 1.jpg

Léger, détendant, avec des dessins doux et chaleureux, Like the Beast est une excellente découverte dont je ne me lasse pas. J’ai lu à ce jour cinq tomes et c’est un vrai régal.

Pour ce qui est des scènes de sexes, j’ai eu l’agréable surprise de ne pas en voir dans les deux premiers tomes. Depuis le tome trois il y a une scène à chaque tome, mais cela reste soft et léger, et l’on ne passe pas dix pages dessus.

Un titre que j’ai testé par pur hasard et qui finalement me plait beaucoup. Il y a à ce jour neuf tomes parus en France, et le dixième devrait arriver au mois de mars. Si les lectures tranquilles, sans prise de tête mais néanmoins bien narrées et interessantes vous plaisent, alors n’hésitez pas, Like the Beast est un manga doux et agréable que l’on prend plaisir à picorer comme une délicieuse sucrerie 😉

Ma note : 16/20


King of eden 1.jpgKing of Eden T1

Broché : 208 pages
Éditeur : Ki-oon
Genre : Seinen
Date de sortie : 11 janvier 2018
Prix : 7,90€

Résumé

L’archéologie sauvera-t-elle le monde ?

Des villages entiers sont rayés de la carte par de gigantesques incendies aux quatre coins du globe. Thaïlande, Écosse, Espagne… le scénario est toujours le même : les cadavres calcinés des habitants portent des traces de morsures et ont subi de telles déformations qu’ils n’ont plus rien d’humain…

Étrangement, un jeune archéologue coréen, Teze Yoo, semble lié à ces tragédies : sur chaque site, il achève le dernier survivant avant de brûler les corps. Mais pour les services de renseignements internationaux, il est surtout le suspect numéro un quant à la propagation d’un virus convoité par les groupes terroristes du monde entier ! Le Dr Itsuki, elle-même archéologue et ancienne camarade de classe de Teze, est recrutée par les services secrets coréens pour retrouver sa trace. De l’Angleterre à la Chine en passant par la Roumanie, la chasse à l’homme est lancée !

Mon avis

Voici un titre qui frappe fort en ce début d’année aux éditions Ki-oon !

Honnêtement, je n’ai pas vu le temps passer tant j’ai été happé par ma lecture. Le pitch est pourtant archi basique avec un village contaminé, et tous les habitants tués. Pourtant, il y a un sens de l’écriture vraiment travaillé car j’ai eu le sentiment de regarder un film ou une série d’anticipation. La mise en scène est très forte, et les dessins particulièrement réussis.

Nous découvrons au fil des pages que plusieurs villages de par le monde sont infectés, dans des pays n’ayant rien en commun, sauf une chose : un homme mystérieux qui est toujours sur place pour bruler les corps. Ce que j’ai vraiment aimé ce sont les dessins. Chaque personnage a un visage qui correspond à ses origines. Un espagnol n’aura pas la même tête qu’un coréen ou qu’un roumain. C’est très rare dans les manga, on a souvent le sentiment qu’ils sont tous asiatiques, et d’ailleurs, la plupart des manga se passent au Japon. Ici ce n’est pas le cas et de fait, on a le sentiment de voir se dérouler une grande intrigue planétaire parfaitement réaliste.

king of eden img 1.jpg

Toutes les théories sont mises en avant comme par exemple une arme biologique, mais ce qui m’a le plus passionné, c’est que ce manga creuse le sujet du virus mortel bien plus que n’importe quel autre titre, en remontant à l’origine du tout premier meurtre de l’humanité.

Je ne vous en dit pas plus, cela vous gâcherais la découverte, mais si vous aimez les thrillers sombres, les dessins très soignés et une narration impeccable, je ne peux que vous encourager à lire ce premier tome. De plus, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le titre n’est pas très gore. Deux ou trois scènes, mais rien de trop trash.

Ma note : 17/20


Huis clos en toscane.jpgHuis clos en Toscane

Broché : 224 pages
Éditeur : Livre de poche
Genre : Thriller
Date de sortie : 6 juillet 2011
Prix : 6,60€

Résumé

Vingt ans après, sept anciennes camarades de classe se retrouvent dans une villa de Toscane où elles avaient séjourné ensemble l’année de leur bac. Seule l’organisatrice de ce week-end « entre filles » manque à l’appel. Ses anciennes condisciples imaginent alors toutes sortes de motifs à son absence. Très vite, 3 d’entre elles disparaissent. Leurs amies pensent qu’elles ont filé à l’anglaise. Bientôt les dissensions apparaissent, petites querelles, jalousies larvées… La tension commence à monter, d’autant que le week-end prend fin et que le bus censé venir les chercher se fait attendre. Aussi sombre que la campagne toscane est lumineuse, ce thriller très angoissant tient en haleine jusqu’au bout.

Mon avis

La villa Camerelle, perdue dans la campagne toscane, reçoit pour le week-end un groupe d’anciennes camarades de classe, ayant décidé de se retrouver après plus de vingt ans dans le même lieu où elles avaient passé un week-end ensemble avant de quitter le lycée.

Les six femmes ont décidées que ce serait donc quelques jours entre filles, sans téléphone, sans personnel de service, histoire de mieux profiter de leurs retrouvailles.

Mais l’organisatrice du week-end, Piera, ne semble pas être en mesure de venir, puis Déda disparaît à son tour sans prévenir et les autres imaginent des raisons pour leur absence. Mais quand c’est au tour de plusieurs autres de disparaître, cela devient franchement inquiétant …

Un petit triller qui ce laisse lire…mais une intrigue pas très claire… on s’emmêle dans les prénoms et les caractères des personnages… On nous présente ça comme « Les 10 petits nègres » moderne, mais de loin, de très loin même, et sans le talent d’Agatha Christie pour vous envoûter…

Beaucoup de lourdeurs, de répétions dans le style, les états d’âme des personnages. Au final un livre peu intéressant qui ne me laissera que peu de souvenirs…loin de valoir Agatha Christie .

Par contre la fin est assez étonnante…

Ma note : 13/20


Et voilà, ainsi se termine le grand retour des Avis en vrac. J’espère que cela vous à plu ! Et vous, avez-vous lu ces titres ? Qu’en avez-vous pensé ? Certains vous intéressent-ils ? N’hésitez pas à me donner vos avis ou à me poser des questions, c’est avec plaisir que j’y répondrais 😉

18 réflexions au sujet de « Avis en vrac #11 »

  1. Bon alors Alice pas mon délire lol…tout comme le film downsizing….
    Je vais tester like the beast, et king of eden que je pensais déja prendre, mais là avec tout les avis ultra positif et le tien c’est bon j’achète !
    Dommage pour le roman parce que le synopsis était vraiment cool !

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s