Romans

La tour sombre T1

La tour sombre 1

Broché : 255 pages
Éditeur : J’ai lu
Collection : Science-fiction
Date de sortie : 2006
Prix : 6€

Résumé :

L’homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait… ».
Dernier aventurier d’une époque qui ressemble à la nôtre, Roland le Pistolero est poussé par une force inconnue. Au-delà de cette chasse à l’homme, ce qu’il cherche, c’est la Tour.
À la croisée des temps, lieu de rencontre de notre univers et d’autres mondes…Voilà vingt ans que dure cette poursuite.
Pour Roland, l’enjeu est maintenant de rattraper l’homme en noir. Lui seul — il l’a vu en rêve — peut l’éclairer sur son avenir.
Le sorcier doit tirer trois cartes qui vont lui ouvrir trois portes. Vers l’enfer ou le paradis ? Nul ne le sait encore.
En attendant, tous deux marchent. Hallucinés. Ne pouvant se soustraire l’un à l’autre.
Sous l’œil vigilant du gardien de la Tour…


Mon avis :

La note de ce livre m’a posé quelques soucis. D’une part, à cause de l’édition. Peu de marges, texte écrit avec des caractères très petits. Cela nuit à la lecture. Inutile de faire un livre de 250 pages si c’est pour écrire en tout petit. Autant faire 100 pages de plus et rendre la chose plus lisible.

Cela dit, avec la nouvelle édition qui est sortie il y a peu, je pense que le soucis de taille des caractères a été corrigé puisque le livre fait à présent 384 pages. Il faut prendre en compte qu’une nouvelle liée à l’univers de La tour sombre a également été rajoutée. Il s’agit de la nouvelle : Les petites sœurs d’Éluria qui se trouve déjà dans un recueil de nouvelles : Tour est fatal.

Autre détail, les illustrations. Elles sont très belles, correspondent parfaitement aux passages importants qu’elles représentent, rien à redire là-dessus. Mais pourquoi les avoir réunis au centre du livre, les unes à la suite des autres ? Pourquoi avoir fait une sorte de sommaire avec les numéros de pages auxquelles elles correspondent ? Cela aurait été plus appréciable de les découvrir au début de chaque parties. (Attention, ces légers griefs valent pour la version de 2006 que je possède, je ne sait pas ce qu’il en est de la dernière édition).

Maintenant que l’édition est traitée passons à l’histoire.

Stephen King nous à habitués à mieux, cela va sans dire. C’est long, très long, trop long. Le Pistolero traverse le désert et c’est tellement long qu’on a le sentiment d’avancer avec lui. Très pesant. Il faut dire que ce livre est assez vieux, Stephen King l’a écrit lorsqu’il n’était encore qu’un jeune auteur.

Si je n’avais pas lu diverses critiques ici et là, j’aurais sans doute stoppé le livre à la moitié tant je me suis ennuyé. Mais bon, c’est une saga en 7 volumes et c’est du Stephen King, donc on lui laisse une chance car on sait qu’avec lui, il faut vraiment laisser le temps à l’histoire de s’installer.

Et j’ai bien fait de ne pas m’arrêter à la moitié et de lui laisser une chance, car la deuxième partie du livre est bien mieux. Alors je passerais outre les descriptions plus nébuleuses les une que les autres pour me concentrer sur l’histoire et sur la quête du Pistolero.

Car au final, sur une série de 7 tomes, celui-ci n’est qu’un gros premier chapitre, qui sert à appréhender le personnage du Pistolero et de découvrir sa quête de la tour sombre.

J’ai eu des retours sur le tome suivant qui m’indiquent que le style se rapproche beaucoup plus de ce que fait King en temps normal. Je pousserais donc jusqu’au second volume pour voir si l’auteur a corrigé ses effets de style et autres fioritures qui alourdissent trop le récit.

Car malgré de nombreux défauts, on a tout de même envie de connaitre la suite !!

Ma note : 16/20


J’ai profité de la sortie prochaine du film pour vous parler de ce livre. Je ne sais pas ce que va donner le film et honnêtement j’ai un peu peur mais bon, j’espère une bonne adaptation.

Et vous ? Avez-vous déjà tenté ce livre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

15 réflexions au sujet de « La tour sombre T1 »

  1. J’ai lu les 3 premiers tomes dans la nouvelle édition et me suis arrêté au cours du 3eme volume. Le souci c’est qu’à un moment ça devient abscon comme univers et après avoir lu la préface du King dans le Tome 1 j’ai vraiment eu le sentiment que SK écrivait en mode automatique, ce qu’il avoue. Du coup on se retrouve pas mal dans le brouillard avec des éléments qui s’enchaînent parfois sans cohérence. Peut être dans 10 ans je reprendrai la lecture.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s