Romans

Kâli

91fM7+GiEBL

Synopsis :

Croyez-vous à l’incarnation ? C’est l’histoire de deux jeunes gens qui voient leur vie changer du jour au lendemain. Kâla qui voudrait simplement être aimée de sa mère. Shiv qui voudrait simplement vivre sa vie sans contrainte familiale. Mais leur désir semble très loin quand des Dieux et des Déesses frappent à leur porte. Jalousie, machination, meurtre et surtout Amour sont au rendez-vous dans le premier tome de Kâlî.


Mon avis :

Je remercie Babelio ainsi que Anyway Editions pour ce Service Presse lors du dernier Masse Critique du site. Car une fois de plus, j’ai pu faire une agréable découverte.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en choisissant ce livre, car le résumé restait assez évasif, mais le livre n’étant pas très épais, je pouvais me permettre de prendre un risque. Car avec ses 150 pages pour un peu plus de deux heures de lectures, ce livre ne m’engageait pas pour trop longtemps. Il a d’ailleurs été lu en une soirée, durant ce long week-end de trois jours.

C’est la première fois que je lis un livre qui se passe en Inde, et j’ai beaucoup aimé cet exotisme qui en ressort. L’auteure ne s’est pas contentée de juste changer de pays. On remarque bien qu’elle a effectuée de vraies recherches afin que son récit soit crédible.

Nous y suivons donc Kâla, une jeune femme de vingt quatre ans, rédactrice en chef, et qui va faire la rencontre de Shiv, qui est son nouveau patron, enfin son nouveau supérieur. De là, une romance va s’installer entre eux deux, mais pas une romance classique et prévisible, non, car nous sommes en Inde, et l’intérêt de ce livre réside dans les croyances, les traditions, la valeurs propres à ce pays qui nous sont totalement étrangères.

La mythologie indienne a ici une place prépondérante, car Kâla et Shiv sont les réincarnations de Kâli, déesse de la préservation et Shiva, dieu de la destruction. En plus de devoir gérer leurs entités, nos deux tourtereaux doivent faire face à leur entourage, avec notamment la promise de Shiv, qu’il doit normalement épouser. Kâla a également fort à faire avec des parents qui ne la traitent pas de la même manière. Si son père est bon et compréhensif, sa mère ne la supporte pas et lui reproche tous les maux du monde.

Ceci est donc le postulat de départ, je ne vous en dit pas plus car il s’y passe énormément de choses et je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir de la découverte. Si vous avez envie e dépaysement, d’exotisme, de mysticisme, foncez, Kâli est un livre idéal pour sortir un peu de sa zone de confort.

Un dernier mot concernant la maison d’édition que je ne connaissais pas du tout, et qui fait un très bon boulot. Je n’ai pas vu de coquilles, de mots trop rapprochés ou de saut à la ligne intempestifs comme ça peut arriver parfois chez les petits éditeurs. La couverture est très belle, bien qu’un peu trop rigide pour une format A5. Le papier est de bonne qualité sans être exceptionnel, et son seul défaut est d’être très très blanc. Je vous déconseille de lire ça en plein soleil, une couleur un peu plus crème aurait peut-être était plus agréable pour la lecture.

Bref, je ne aurais que vous conseiller cette lecture, surtout si comme moi vous aimez bien tenter des choses que vous ne lisez pas habituellement. Croyez-moi, le dépaysement est garanti !

Publicités

6 réflexions au sujet de « Kâli »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s