Manga

Le chant des souliers rouges tome 1

chant-souliers-rouges-1-kaze

Synopsis :

Kimitaka rêve de devenir basketteur et Takara danseuse de Flamenco. Malheureusement, l’un comme l’autre manque de talent pour exceller dans sa passion. Un jour, ils se retrouvent par hasard sur le toit du collège alors que Kimitaka est sur le point de jeter ses basket rouges et Takara ses souliers rouges de Flamenco. Bien qu’ils ne se connaissent pas vraiment, la conversation s’engage. Chacun dévoile son envie de changer de vie et, comme pour symboliser cette volonté, ils échangent leurs souliers et décident d’embrasser la passion de l’autre. Une nouvelle vie s’offre désormais à eux…


Mon avis :

J’ai eu la chance de découvrir ce titre avec un peu d’avance puisque je l’ai reçu quinze jours avant sa sortie officielle. À l’heure ou j’écris cette chronique, le premier tome devrait sortir dans moins de dix jours, et j’espère que mon avis vous donnera vraiment envie de tester cette nouveauté. Je remercie d’ailleurs les éditions Kazé pour leur confiance et pour l’envoi de ce titre.

Comme vous l’avez lu plus haut dans le résumé de l’éditeur, nous allons suivre un adolescent du nom de Kimitaka qui souhaite devenir basketteur mais qui n’a pas vraiment les capacités pour ce sport. Trop petit, trop chétif, il va vite se retrouver sur le banc des remplaçants. Malgré tout il va chèrement défendre sa place, allant jusqu’à défier en duel un nouveau venu qui lui vole sa place de titulaire. De ce duel, s’en suivrons plusieurs actions aux graves conséquences qui vont bouleverser la vie de Kimitaka et qui vont le conduire à sa rencontre avec Takara.

Voilà pour le pitch de départ. Pourtant, le manga ne démarre pas directement avec ça, puisque cet événement s’est produit il y’a quelque temps déjà. On suit donc Kimitaka qui est plutôt désabusé, qui n’a aucune passion, aucun ami et qui ne parvient pas à trouver sa place dans la société qui l’a rejeté.

Et c’est assez déstabilisant d’aborder le manga de cette façon car ce n’est vraiment pas ce à quoi je m’attendais. La mangaka alterne son récit avec des phases de flash-back, nous dévoilant peu à peu l’intrigue dans son entièreté. Il ne faut donc pas juger le titre sur le premier chapitre, car celui-ci nous lance un peu dans l’univers de Kimitaka sans que l’on comprenne vraiment le caractère des personnages. Par chance, la lecture se fait assez simplement et rapidement, comptez quinze minutes pour chacun des trois chapitres qui constituent ce premier tome.

Tout au long du récit, on va peu à peu comprendre comment Kimitaka en est arrivé là aujourd’hui et surtout, nous allons assister à sa renaissance. En effet, ce dernier va croiser la route d’une certaine personne qui va lui faire se remémorer sa rencontre avec Takara. Ainsi, il va enfin trouver un nouveau but dans sa vie, à savoir se mettre à la danse espagnole qu’est le Flamenco.

Si l’idée de départ peut paraitre étrange, ridicule, il n’en est rien car ce manga ne se résume pas simplement à un homme et une femme qui échangent leurs chaussures et leurs passions. On parle ici de reconstruction de soi, d’acceptation des autres et de s’affirmer pleinement quitte à ne pas faire comme tout le monde.

La narration est impeccable, l’auteure nous plonge dans la complexité de ses personnages avec douceur mais également avec une cruelle réalité. Le seul bémol que j’aurais à émettre et qui n’engage que moi, ce sont les dessins, et plus particulièrement les visages. Cela faisait vraiment longtemps que je n’avais pas vu de personnages aussi moches. Les mains et les pieds sont juste horribles, et ce encore pire quand on voit les oreilles. Tous les personnages ont des oreilles triangulaires qui dépassent des cheveux, si bien qu’on se demande si les protagonistes sont des elfes ou s’ils ont simplement les oreilles décollées. Si vous avez lu les autres titres de Sahara Mizu comme My Girl ou Un Bus passe, vous ne serez pas perdu car on retrouve son style graphique assez particulier. Mais comme je vous le disait, ceci n’est qu’un détail qui n’entache en rien la qualité du titre.

Pour ce qui est de l’édition, comme toujours avec Kazé, il n’y a rien à redire. La sur-couverture est douce et agréable, le tome se tient bien en main et je n’ai décelé aucune coquille ou erreur durant ma lecture.

Site de l’éditeur

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le chant des souliers rouges tome 1 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s