Manga

Focus sur Seven Deadly Sins

Synopsis :

Il y a dix ans, un groupe de mercenaires appelé les Seven Deadly Sins s’est rebellé contre les Chevaliers Sacrés, la garde du royaume… Depuis, ils ont disparu et personne ne sait ce qu’ils sont devenus. Un beau jour, une mystérieuse jeune fille s’écroule dans la taverne de Meliodas, un garçon enjoué qui parcourt le monde en compagnie de son cochon loquace. Cette jeune fille n’est autre que la princesse Elizabeth qui désire ardemment retrouver les Seven Deadly Sins. En effet, ce sont les seuls à même de lutter contre les Chevaliers Sacrés, qui ont fait prisonnier le roi et qui asservissent toute la population du royaume ! Très vite, elle va découvrir que Meliodas n’est pas un simple patron de taverne mais un guerrier à la puissance exceptionnelle…


Mon avis :

Je profite de la sortie du vingtième tome de cet excellent manga pour faire un Focus sur ce titre, qui est clairement sous-coté en France.

Pourtant, voilà une série qui donne un sacré coup de vieux à certains manga existants !

Lorsque j’ai commencé ce titre il y a quelques années, je m’attendais à un énième shonen comme il en existe des centaines, mais j’avais tort. L’histoire est passionnante, les personnages se développent très rapidement et ont de très fortes personnalités.

On retrouve le héros basique avec Meliodas, la jolie fille qu’on aime tripoter avec Elizabeth et le petit cochon rigolo en guise de mascotte.

Alors oui, cela peut sembler basique, et limite ridicule, mais cela n’est justement pas le cœur du manga. En réalité, l’histoire du manga à commencé dix ans auparavant, avec un groupement de héros, que tout le monde croit mort.

On les appelle les Seven Deadly Sins. Au fil des tomes on va les découvrir, voir ce qu’ils sont devenus au cours de ces dix ans.

Et c’est là que le manga prends tout son sens, car au lieu de créer une équipe au fil de l’aventure, le héros possède déjà une équipe qu’il va vouloir retrouver. Il y a donc un passé commun qui apporte une grande richesse au titre. Les choses vont donc bien pus vite que dans les autres shonen.

Ici, les bases sont posées dès le départ, pas besoin d’attendre 5-6 tomes pour que ça démarre.

Un manga très sérieux donc, avec quelques passages drôles grâce à la petite mascotte, et également un peu de fan service avec des allusions ou gestes pervers mais contrairement à ce que j’ai pu lire, cela n’a rien de choquant. Cela fait partie de la culture manga, donc c’est normal qu’on en trouve un peu.

Les personnages sont nombreux, et un peu comme dans One Piece, Meliodas va reconstituer les Seven Deadly Sins pour former une équipe digne de ce nom, tel Luffy formant peu à peu son équipage. Mais il ne faut pas être trop pressé car si l’on peut penser au départ qu’on découvrira un membre par tome, ce n’est pas le cas du tout, puisque l’intrigue prends une place importante et ce dès le départ.

Et c’est clairement sur ce point-là que le manga se démarque des autres shonen, là où de nombreux titres prennent tout leur temps, avec des arcs très très courts, Seven Deadly Sins lance son premier arc dès le départ. Un premier arc qui va durer un long moment puisqu’il va falloir attendre le tome 14 ou 15 pour voir arriver l’arc suivant. Et d’ailleurs quel arc ! Si le premier était épique, le deuxième s’annonce explosif !

Alors, vous allez sans doute me dire que 13 ou 14 volumes pour un arc, c’est très long, que ça peut lasser où que l’on peu y trouver des moments moins intéressants, mais là aussi, le titre se démarque de la concurrence. En effet, nos héros ayant tous un passé, il est fréquent que des mini-arcs centrés sur un ou deux personnages apparaissent et donnent lieu à des histoires passionnantes et parfois plus intéressante que l’arc en cours. Je repense aux liens entre Ban et King, qui à cause de leur passé commun sont des personnages que j’aime particulièrement.

Si on le compare aux autres ogres des shonen que sont One Piece, Naruto, Bleach ou encore Fairy Tail, Seven Deadly Sins ne tombe pas dans la facilité et démarre immédiatement. Il mise aussi sur des personnages secondaires ou tertiaires très intéressants. Les méchants son certes méchants, mais ils ont une certaine profondeur et l’on se rend compte que tout n’est pas tout noir ou tout blanc dans le monde de Meliodas et ses amis. D’ailleurs, le titre se rapproche plus de Fairy Tail qui possède lui aussi des arcs courts et des personnages qui rejoignent le bon coté après avoir été mauvais. Chose que l’on ne trouve pas trop chez One Piece ou Naruto par exemple.

Bref, vous l’aurez compris, à l’heure actuelle, Seven Dadly Sins est le shonen qui me passionne le plus et ce, avec seulement vingt tomes au compteur ! C’est facile pour One Piece d’être le numéro 1 avec plus de 80 tomes et des personnages qui ont eu le temps de s’installer, mais Seven Deadly Sins parvient à égaler One Piece en seulement vingt tomes, en tout cas, dans mon cœur.

Un seul petit bémol qui concerne la traduction française, le titre. Seven Deadly Sins veut dire Les sept péchés capitaux. Pourquoi doit-on publier un titre en anglais ?! Que je sache, en japonais, le titre est Nanatsu no taizai. Donc, quitte à le traduire, autant le traduire en français ! C’est pareil pour le manga Yamada-kun and the seven witches. Quelle est donc cette mode de coller de l’anglais là où le français passe très bien ? Yamada-kun et les sept sorcières était déjà pris ? Pareil pour Shokugeki no Sôma qui se retrouve traduit par Food Wars

Bref, mis à part ce petit coup de gueule qui n’engage que moi, ce manga est une pure merveille qui va vite se faire une place dans l’univers des shonen.

Publicités

13 réflexions au sujet de « Focus sur Seven Deadly Sins »

  1. Je pense que je vais commencer avec l’anime – ça fait un moment qu’il est dans ma liste Netflix.
    Ta question concernant le titre est très intéressante, et elle s’applique aussi bien aux mangas qu’aux romans ou aux films… Je n’ai malheureusement aucune réponse à apporter, si ce n’est qu’il s’agit peut-être d’avoir un titre qui parle à un maximum de personnes. Mais je ne suis pas très convaincue.

    Aimé par 1 personne

  2. Un titre que je dois débuter… L’un des nombreux tu me diras, ahaha ^^ » Je verrai à la bibli’ pour le premier tome afin de me faire déjà une petite idée 🙂 (N’empêche on dirait moi avec Magi… Quand je pense que j’ai près d’une fois sur deux de magnifiques : « C’est quoi ? ça ne peut pas valoir *nom de blockbuster*  » *pleure*) Mais ton focus m’a bien donné envie de découvrir le titre en version papier !

    Pour ce qui est des titres… Va savoir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s