Manga

La traversée du temps : les origines tome 1

la-travers-e-du-temps-les-origines-manga-volume-1-simple-13831

Synopsis :

Kazuko Yoshiyama vient d’entrer en terminale. Bien sûr, elle s’inquiète de son orientation à venir, et des petits tracas de l’amour, mais elle essaye surtout de profiter du temps qu’elle passe aux côtés de ses inséparables amis d’enfance, Gozô, Kazuo et Mariko.

« Je connais ce parfum. Ce doux parfum, si cher à ma mémoire… »

Mais un jour, alors qu’elle est en train de nettoyer la salle de science, un parfum de lavande éveille en elle un étrange pouvoir : Kazuko peut désormais faire des sauts dans le temps.

Mon avis :

Difficile de faire un chronique sur cette lecture, car ce n’est pas une lecture que j’attendais. À la base, je comptais lire le One-Shot de La traversée du temps qui est l’adaptation du film anime. N’ayant jamais vu le film, je voulais me faire une première impression avec le manga. Mais suite à une erreur de ma part, je me suis retrouvé avec La traversée du temps : les origines. Et il s’agit là de l’adaptation en manga du roman éponyme. Donc cela n’a rien à voir avec le One-Shot que je comptais lire puisque ici, ce sont les origines de ce récit qui vont nous être racontés. On en suit d’ailleurs pas le même personnage, puisque l’héroïne de ce prequel est la tante de Makoto.

Sans le vouloir, je commence donc le manga par le début, puisque pour suivre l’ordre chronologique de l’histoire il faut lire les tomes 1 et 2 de La traversée du temps : les origines, puis, lire le One-Shot La traversée du temps. Mais du coup, ça vaut quoi ces origines ?

Alors tout d’abord il faut savoir que c’est assez vieillot dans le style. Le manga date de 2004 et j’aime autant vous dire que les dessins sont effectivement bien datés. Clairement ce n’est pas le point fort du manga, mais ce n’est pas quelque chose que je vais reprocher au titre, après tout quand on lit des vieux récits, on ne leur reproche pas leur manque de modernité, sinon ça n’a aucun sens.

Mais même comme ça, les dessins ne sont pas fantastiques. Ce n’est pas moche, mais ce n’est pas de l’art non plus. Disons qu’ils font le job, tout simplement.  Pour ce qui est de l’histoire, c’est par contre un peu plus compliqué car j’ai trouvé que le rythme était assez inégal. Je m’attendais à un récit fort, émouvant et novateur et ce n’est pas ce à quoi j’ai eu droit, enfin, pas tout de suite du moins.

Ce premier tome se compose de quatre chapitres, dont le premier est une lente introduction n’ayant que peu d’intérêt. En effet, aucun personnage ne se détache du lot, ils manquent tous cruellement de charisme, notamment l’héroïne principale qui est d’une naïveté déconcertante. Mais je vous rassure, une fois passé le premier chapitre, ça s’arrange peu à peu et l’histoire devient plus intéressante. En fait, tant que la Kazuko n’effectue pas de bond dans le temps, il ne se passe pas grand chose d’intéressant. De plus, il y a trop de passages pseudos rigolos ou elle passe en mode chibi, qui ne servent vraiment à rien. Et ceci est pour ma part le plus gros reproche sur ce titre. Dès qu’un peu de sérieux pourrait se développer, il faut que Kazuko fasse l’idiote et casse tout. C’est vraiment dommage car ça nous sort aussitôt de notre lecture. C’est un peu comme si on croisait Himouto! Umaru-Chan avec Erased ou Orange.

De fait, notre lecture s’en trouve grandement ralentie, et il faut vraiment persévérer et passer outre les moments idiots. À ce niveau, on sent que le titre est assez vieux. Néanmoins l’histoire des sauts dans le temps est vraiment intéressante et une fois ce premier tome fini, on apprécie mieux notre lecture dans sa globalité.

Cette lecture demande un certain investissement, mais elle est vraiment sympathique, sans être la meilleure lecture de l’année. C’est évident que si on la compare à Orange ou Erased, ceux-ci sont mille fois meilleurs, mais ils sont beaucoup plus récents.

C’est avec plaisir que je lirais le tome suivant, puis ensuite le One-Shot que je veux lire depuis le départ (^-^) Une fois cela fait, je pense que je regarderai l’anime histoire de voir un peu les différences, ce genre de choses.

Merci à Anita et aux éditions Kazé pour ce nouveau Service Presse, car je pense que sans eux je n’aurais pas osé tenter ce titre. Le manga est édité par Asuka qui est une maison d’édition que je ne connais pas mais qui semble de même qualité que Kazé, donc rien à redire là-dessus une fois de plus.

N’hésitez pas à me laisser vos petits commentaires, ici ou sur les réseaux sociaux, vous le savez sans doute mais je lis tous vos messages, et j’y réponds, bien évidemment 😉

Site de l’éditeur

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

5 réflexions au sujet de « La traversée du temps : les origines tome 1 »

  1. J’ai été déçue par ce manga. En fait, n’ayant pas vu le film La Traversée du Temps, je me suis achetée le manga (le one-shot) et j’ai vraiment bien aimé. Les dessins, l’histoire et les personnages m’ont bien plu. C’était une lecture sympathique. Du coup je me suis intéressée à La Traversée du Temps – les origines, en pensant que ce serait similaire, mais je n’ai vraiment pas aimé.
    Déjà je trouve que les couvertures sont trompeuses. Elles sont plutôt jolies alors que dans les pages, les dessins ne sont vraiment pas agréables. je n’ai pas apprécié du tout. Et niveau histoire ça ne m’a pas intéressé, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Bref, plutôt que de garder ce manga dans ma collection j’ai préféré le revendre.

    En tout cas je te conseille le one-shot adapté du film, il est vraiment sympa.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s