Comics

Magnéto, le testament

7199YClbmwL

Synopsis :

Du ghetto de Varsovie jusqu’au camp de concentration d’Auschwitz, l’homme que l’on connaîtra plus tard sous le nom de Magnéto lutte pour survivre. Une saga bouleversante signée Greg Pak (Red Skull) et Carmine Di Giandomenico (Spider-Man Noir). En complément, découvrez Le dernier outrage. Ce récit, présenté par Stan Lee, est écrit par l’historien Rafael Medoff et illustré par Neal Adams et Joe Kubert.

Mon avis :

Cette histoire est une mini série comics sur le passé tragique de Max Eisenhardt alias Magneto. On suit le futur Magneto de 1935 à 1945, période durant laquelle il développera son instinct de survie en période de génocide. Une histoire noire, violente, grave, cruelle mais tellement réaliste sur les événements de la Shoah et le travail d’extermination des juifs et tziganes par les nazis.

L’auteur livre ici un travail historique très documenté et inspiré, magnifiquement illustré par l’artiste italien Carmine di Giandomenico grâce au regard d’un personnage fictif. C’est un récit très dur, qui n’a pour moi rien à faire dans une collection de comics. Honnêtement, le titre est trompeur, Magnéto ou un autre aurait très bien pu faire l’affaire puisqu’ici il n’est nullement question de pouvoirs ou de Super-héros. Au moins cela a le mérite de faire connaitre cette triste période à des personnes qui ne s’y seraient pas forcément intéressés s’il n’était pas écrit Magnéto en gros sur la couverture.

En plus de ce récit, nous avons une postface qui retrace la vie de Dina Gottliebova-Babbitt, rescapée d’Auschwitz et des abominations du Dr Mengele, qui ne doit sa survie que grâce à ses dessins. Il faut savoir qu’elle peignait en cachette de magnifique fresques de Walt Disney pour pouvoir égayer du mieux qu’elle le pouvait le quotidien des enfants dans les camps. L’histoire nous raconte également son combat inachevé afin de récupérer ce qui fut son travail dans l’enfer des camps avec les nombreux tableaux qu’on lui a commandés et qu’on a refusé de lui rendre. Elle est d’ailleurs décédée en 2009 sans récupérer ses biens…

Un très bon comics, qui raconte de véritables choses et qui gagnerait à être connu. Mais je le répète, le titre n’aide clairement pas à s’intéresser à la lecture. Soit vous êtes fan de Magnéto et vous ne vous attendez pas à tomber sur ce genre de récit, soit vous n’aimez pas les comics, et vous passerez à coté d’une très bonne histoire. Par chance, je savais à quoi je m’engageais, et je n’ai pas été déçu.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Magnéto, le testament »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s